Aller au contenu

Afrogameuses veut améliorer la visibilité des minorités dans les jeux vidéo

Temps de lecture

2 min

Jeannifer Lufau, afrogameuses

Avec Afrogameuses, Jennifer Lufau lutte contre le sexisme et le racisme dans le milieu du jeu vidéo. Invitée sur la scène de l’Ampli lors de l’événement Big de Bpifrance, (re)découvrez  ses valeurs et son combat.

« Retourne à la cuisine », « tu n’es pas à ta place ici ». Jennifer Lufau, tout comme de nombreuses gameuses, a été confrontée à ce type de commentaires sexistes à de multiples reprises en jouant à des jeux en réseau. A cette misogynie s’ajoutent les commentaires racistes. « Surtout quand on joue avec un personnage à la peau noire ou quand le pseudo qu’on a choisi fait référence à une certaine africanité », explique cette passionnée de jeux vidéo. C’est pour ne pas rester seule face à cette réalité et changer les mentalités dans ce milieu que Jennifer Lufau crée l’association Afrogameuses en juillet 2020.

Sensibiliser les acteurs du jeu vidéo à l’inclusivité

« Tout a démarré avec un compte Instagram », explique celle qui a commencé à jouer sur la version de Prince of Persia de 1989 et qui depuis n’a jamais arrêté de jouer. Son ambition de départ : s’assurer qu’elle n’est pas seule à subir les insultes racistes et sexistes. Mais le projet prend rapidement de l’ampleur et devient une association afin de « faire bouger les choses, visibiliser les profils de femmes afro-descendantes et susciter des vocations » dans un secteur qui emploie à peine 20 % de femmes.
Afrogameuses a ainsi identifié 4 axes de travail pour réduire ces discriminations : « Valoriser et créer des “role models” issus de la diversité », « encourager l’insertion professionnelle dans le jeu vidéo », « œuvrer contre la toxicité envers les minorités », et « sensibiliser les acteurs du jeu vidéo à l’inclusivité »

Mais pour améliorer la mixité dans ce secteur, Jennifer Lufau souhaite avant tout encourager les entreprises à s’emparer du sujet. « Prendre la parole sur les réseaux sociaux nous a beaucoup aidé à faire passer le message aux studios que la place et la représentation des femmes noires dans les jeux vidéo actuels étaient négatives ».
Un combat qui avance. « Les studios veulent faire mieux et sont demandeurs de conseils pour améliorer la représentativité de toutes les diversités dans les jeux vidéo », conclut la gameuse.

Articles similaires

All
  • All
  • Arts visuels & Art de vivre
  • Cinéma & Audiovisuel
  • Édition
  • Jeux vidéo
  • Mode & Création
  • Musique & Spectacle vivant
ZeDrimeTim a entamé la production de son premier jeu : Darwin’s Paradox

ZeDrimeTim : un nouveau studio à la frontière du cinéma d’animation et du jeu vidéo

Pierre Maheo, fondateur d' Officine Generale

Officine Générale multiplie les ouvertures de boutiques pour accélérer son développement

Mission Explore & Match

De Dubaï à Abu Dhabi : 7 minutes d’immersion au sein de la Mission Explore & Match French Touch

Fragonard

Fragonard : une affaire de famille depuis bientôt 100 ans

!
Terms and Conditions checkbox is required.
Something went wrong. Please check your entries and try again.
Faire défiler vers le haut