Aller au contenu

Trois tendances à retenir du South by Southwest 2022

Temps de lecture

6 min

South By Southwest

Métavers, Web3 et inclusion, Nicolas Parpex, pilote du plan Touch de Bpifrance, partage trois tendances qu’il a observé lors de l’édition 2022 du South by Southwest (SXSW).

Le South By Southwest a fait son grand retour en physique, après deux ans de conférences en ligne. De nombreuses personnalités se sont bousculées dans les rues d’Austin au Texas pour échanger sur les dernières avancées technologiques et sociétales en passe de bouleverser nos vies. Nicolas Parpex, directeur du pôle d’investissement Industries Culturelles et Créatives (ICC) et pilote du plan Touch chez Bpifrance, revient sur trois tendances marquantes de cette 36e édition du festival texan.

1- Métavers : « le temps de l’expérimentation »

Tout sauf un « buzzword ». Le métavers était l’un des thèmes les plus débattus lors du dernier SXSW. S’il ne fait pas encore partie de notre quotidien, cela pourrait être rapidement le cas. Mais pour que cette « vision du futur » devienne réalité, il faut répondre à de nombreux enjeux. « On doit encore équiper les gens en matériel, développer les infrastructures adéquates, créer les contenus et les expériences adaptées, définir les modèles économiques mais aussi avoir un cadre de régulation. Tout ça, ce sont des freins à lever », explique Nicolas Parpex.

De nombreux acteurs se sont emparés de ces sujets comme Meta, Microsoft, Roblox, etc. Malgré tout, l’articulation de ces différents enjeux va prendre du temps. « Meta, un des acteurs les plus engagés, parle d’une feuille de route de 10 à 15 ans. La Head of Content de la firme américaine parle d’un temps de l’expérimentation ». Pour le pilote du plan Touch, la France a un rôle à jouer dans la création d’un écosystème du métavers. Elle doit aussi être pionnière et leader dans la production de contenus et d’expériences. « C’est un facteur d’accélération de la transversalité entre les verticales de la Touch ».

Le message de Nicolas Parpex aux entreprises de la Touch : « Il faut expérimenter, prendre des risques, être audacieux sur le contenu et la partie expérience. Le secteur du gaming est plus avancé sur le sujet car il sait gérer des plateformes digitales comme des univers virtuels persistants, monétiser dans cet univers et créer des expériences. Ça fait beaucoup d’avance, mais il faut ne pas la perdre. »

2- Web3 et NFT : « l’avènement de l’économie des créateurs »

Le Web3 était de toutes les discussions au SXSW. « Ce mouvement d’ouverture va décentraliser très largement internet, en permettant aux individus de reprendre le contrôle sur leur identité et leurs données. Le Web3 crée un véritable modèle de propriété sur Internet, qui associe l’économie, l’art, la technologie d’une façon incroyablement intéressante », a affirmé Sandy Carter, l’ancienne vice-présidente d’Amazon Web Services dans sa présentation “Web3, NFT, Metaverse! 3 Easy Steps To Get Started”.

Plusieurs acteurs s’emparent du sujet, notamment via les NFT. « On sent qu’il y a une vraie révolution transformante : la création d’un écosystème basé sur des actifs digitaux non fongibles », raconte Nicolas Parpex pour qui les cas d’usages sont en cours d’écriture, aussi bien par des communautés de créateurs que des grandes entreprises. La startup Doodles a ainsi démontré la possibilité de créer une marque à partir d’une collection de NFT. « Ce ne sont pas seulement les marques qui vont faire des NFT de leur produit, mais les NFT qui vont pouvoir devenir des produits physiques et se retrouver sur des circuits de valorisation classique ». Cette donnée doit être intégrée par les producteurs audiovisuels, les éditeurs, les marques de mode etc. pour décliner leur propriété intellectuelle et leur gamme de produits en NFT. Par exemple de plus en plus de dessinateurs travaillent en numérique. « Vendre des planches digitales en NFT est un exemple concret d’une valeur d’utilité du NFT qui remplace une valeur d’utilité qui avait disparue. » Pour Nicolas Parpex, on observe aussi un mouvement, celui des créateurs ou des communautés de créateurs qui vont développer des NFT artistiques ou des wearables (vêtements ou accessoires connectés, ndlr) qu’on n’aura pas vu venir. « C’est le principe du web 3, qui est l’avènement de l’économie des créateurs ».

Le message de Nicolas Parpex aux entreprises de la Touch : « Les entreprises de la Touch doivent avoir une stratégie NFT. Il ne faut pas se laisser embrumer par l’aspect de spéculation du sujet et revenir à la valeur d’utilité. Expérimenter, sans être trop gadget et définir des propositions de valeur fortes. »

3- Diversité et inclusion : entre enjeu sociétal et opportunité business

Au-delà des innovations technologiques, les enjeux sociétaux et éthiques ont irrigué de nombreuses prises de parole à l’instar des questions de diversité et d’inclusion. « C’est plus un sujet de fond qu’une tendance. Aux Etats-Unis, le discours est beaucoup plus décomplexé sur ces sujets d’empowerment. », explique Nicolas Parpex. Dans un contexte de libération de la parole, les discussions autour de ces sujets au SXSW tentaient de démontrer l’intérêt de l’intégration de différents points de vue pour créer une meilleure société.

Ne pas exploiter le potentiel de la diversité, c’est se priver à la fois de talents créatifs et de nouveaux débouchés. Plusieurs acteurs saisissent la question de l’inclusion pour créer un business et ouvrir de nouveaux marchés. « Aujourd’hui, il existe des manettes de jeux vidéo adaptées aux personnes en situation de handicap. Aux Etats-Unis, une marque de lunette a conçu des montures pensées spécifiquement pour la morphologie des visages afro-américains. Sur un tout autre sujet, de nombreuses enseignes de mode proposent désormais des collections de vêtements ou d’accessoires gender fluide ».

Le message de Nicolas Parpex aux entreprises de la Touch : « La diversité et l’inclusion, comme les enjeux liés au changement climatique, sont plus qu’une question morale et éthique. On peut parler de proposition de valeur. C’est une véritable opportunité pour les marques de la Touch »

Photo : Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Meta, est interviewer en visio par Daymond John, PDG et fondateur de FUBU et PDG de The Shark Group, lors de la conférence ‘Into the Metaverse : Creators, Commerce and Connection’.

Articles similaires

All
  • All
  • Arts visuels & Art de vivre
  • Cinéma & Audiovisuel
  • Édition
  • Jeux vidéo
  • Mode & Création
  • Musique & Spectacle vivant
Nicolas Dufourcq sur le scène de We Are French Touch

We Are French Touch : revivez les meilleurs moments de l’édition 2022

Trans Musicales

La French Touch s’installe aux Trans Musicales

Paris+ Art Basel

Avec Paris + Art Basel, la France reprend une place centrale dans le monde de l’art

We Are Frenc Touch - Jean-Michel Jarre

We Are French Touch, un évènement pour écrire le futur des industries culturelles et créatives

!
Terms and Conditions checkbox is required.
Something went wrong. Please check your entries and try again.
Faire défiler vers le haut