Aller au contenu

Jim Bauer (The Voice) : « En France, on a un côté rebelle qui fait notre originalité »

Temps de lecture

4 min

Jim Bauer

Révélation de The Voice et ex-membre du groupe Bristol, Jim Bauer sort son premier album studio, « BB98 », avec le label French Parade créé par Nicolas Santi-Weil (AMI Paris) et Marc Collin. A cette occasion, l’artiste nous a parlé de la genèse de ce projet et ses inspirations.

Lors de l’édition 2022 de We Are French Touch, Nicolas Santi-Weil était sur scène aux côtés de Marc Collin (Directeur Général des labels French Parade et Kwaidan, et de la société de production The perfect kiss films). Le CEO de la marque AMI Paris partageait alors la naissance de leur label, French Parade, grâce au mouvement des industries culturelles et créatives. Plusieurs artistes ont depuis rejoint l’aventure, dont Jim Bauer. La révélation The Voice 2021 a sorti début février son premier album, « BB98 ». Rencontre.

 

French Touch : Comment est né ce premier album, “BB98” ?
Jim Bauer : Il est né en même temps que l’idée de s’éloigner de Paris a émergé. J’ai voyagé dans le but de composer, pour créer un album très personnel où je me livrais plus que d’habitude, tout en donnant beaucoup d’importance aux textes. C’est une introspection, loin des vagues de tendance, loin du jugement extérieur, basé sur ce que j’aime.

FT : Qu’est-ce qui vous a inspiré ?
JB : La solitude m’a beaucoup inspiré. J’ai redécouvert qu’à travers ce sentiment, la tranquillité, l’absence d’enjeu, d’influence extérieure revenaient, et que j’étais toujours le même qu’à 17 ans. J’écoute les mêmes musiques, joue aux mêmes jeux vidéo, regarde les mêmes films… ça m’a reconnecté à une part de moi que j’avais mise de côté pendant longtemps. Et ça fait du bien ! Musicalement, ça m’a permis de recomposer avec la guitare, tout seul, sans branchement sur ordinateur, juste mon instrument et mon dictaphone… ce n’est que dans un second temps que j’ai reconstitué tout ça en chansons plus structurées.

FT : Un vrai retour à l’instrument donc, à la musicalité ?
JB : Un retour à une vibe d’adolescent dans sa chambre. Un côté moins professionnalisé, sans branchements, sans studio, juste une guitare pour composer au cours du voyage. J’y ai trouvé une grande pureté, et une grande richesse ! Ensuite, le label French Parade a eu l’idée de m’enfermer avec tous les musiciens pour créer ensemble, vivre une aventure humaine et donner vie à l’album, comme le faisaient certains groupes de rock des années 70.

FT : Le repli sur soi, pour mieux s’ouvrir au monde ?
JB : Le label French Parade a une vision d’ouverture au monde. On a un marché, l’exception culturelle française. C’est important de faire valoir cette part de la France qui s’ouvre à l’international. D’un point de vue artistique, ce sont Stromae ou Christine and the Queens qui sont reçus dans les grands talk-shows américains, ce sont des films français nominés aux Oscars, ce sont des acteurs français qui jouent dans Dune…

FT : Comment se traduit cette exception culturelle française ?
JB : Nous avons une touche bien à nous, dans notre façon d’aborder l’art et la culture en France. On est un peu punk, on lâche prise assez facilement. On a un côté rebelle qui fait notre originalité, nous permet de produire des œuvres décalées sans complexe, comme les chansons de Philippe Katerine ou les films de Quentin Dupieux… Nos forces, nos particularités, il faut les exploiter d’une manière ouverte vers le monde. C’est aussi ça l’exception culturelle française, de ne pas demander « combien » mais « pourquoi ».
C’est aussi, et je crois que c’est le cas pour les artistes comme pour les entrepreneurs, investir son temps dans la passion. Pas forcément dans les plans programmés, pas dans ce qui semble logique ou dans les « bonnes » idées, car elles peuvent aussi ne pas se dérouler comme prévu. La French Touch et l’exception culturelle française, c’est investir dans la capacité à transmettre ce qui nous fait vibrer, dans quelque chose qui maintient la flamme, dans ce en quoi on a foi.

Articles similaires

All
  • All
  • Arts visuels & Art de vivre
  • Cinéma & Audiovisuel
  • Édition
  • Jeux vidéo
  • Mode & Création
  • Musique & Spectacle vivant
Les 10 tendances à retenir de SXSW

Les 10 tendances à retenir du dernier festival SXSW

Ryan Gosling et Emily Blunt à la première de The Fall Guy à SXSW 2024

SXSW : Quand l’entertainement fait les bons deals

Festival du Livre de Paris

Festival du Livre de Paris 2024, le salon pour les professionnels de l’édition au Grand Palais Ephémère

En immersion chez Tat Productions

TAT Productions, le studio d’animation 3D à Toulouse qui rayonne à l’international

!
Terms and Conditions checkbox is required.
Something went wrong. Please check your entries and try again.
Faire défiler vers le haut