Aller au contenu

Salomé Lagresle, animatrice des Pégases : « Les studios fournissent un gros effort sur le sujet de l’accessibilité des jeux vidéo »

Temps de lecture

6 min

Salomé Lagresle

Le 10 mars aura lieu la 3e cérémonie des Pégases en direct de La Cigale. Salomé Lagresle, animatrice de cet événement majeur pour l’industrie des jeux vidéo, nous parle de l’évolution et des tendances du secteur.

Elle est le visage des Pégases. L’animatrice spécialisée en jeu vidéo animera pour la 3e année consécutive la cérémonie des Pégases, qui récompense les meilleures productions de jeux vidéo françaises et internationales. Pour cette nouvelle édition, elle accueillera des invités de marque de la profession et de la pop culture. De nombreuses surprises viendront ponctuer cette soirée dédiée à ceux qui font rayonner le jeu vidéo dans le monde.

Vous allez animer la 3e cérémonie des Pégases. Qu’est-ce que ça représente pour vous ?

C’est une très belle opportunité. Je suis très fière d’être la porte-parole du secteur et pouvoir mettre en avant le savoir-faire français dans le jeu vidéo. Ça me met aux premières loges d’un bel évènement et me donne aussi l’occasion de revoir pas mal de personnes de l’industrie, dans une époque où on est un peu déconnectés les uns des autres à cause des confinements successifs.
Et puis, c’est un grand honneur car nous ne sommes pas beaucoup de femmes à évoluer dans cette industrie. Je sais qu’il y a aujourd’hui une vraie volonté d’aller vers plus de mixité. Dans ce contexte, choisir une femme pour animer cette cérémonie est un joli message.

Est-ce compliqué, en tant que femme, d’évoluer dans cet univers qualifié de « masculin » ?

C’est une question qu’on me pose souvent. Je pense que dans le paysage médiatique actuel – quel que soit le milieu : jeu vidéo, musique, politique, etc. – on voit encore trop peu de femmes à des postes d’animatrices. Mais de mon côté, je n’ai jamais vraiment ressenti qu’il fallait que je travaille plus dur, ou que j’en fasse plus. J’ai peut-être cependant subi plus d’attaques sur internet et les réseaux sociaux. Mais j’ai réussi à me détacher de ces critiques.

Vous travaillez dans ce milieu depuis 10 ans, mais comment êtes-vous tombée dans la marmite du gaming ?

En jouant, tout simplement. C’est rapidement devenu une passion. En parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité de travailler pour une chaîne de télé qui n’existe plus aujourd’hui. Dans le même bâtiment étaient hébergés les locaux d’un gros site de jeux vidéo, Gameblog, qui est actuellement en liquidation judiciaire. C’est eux qui m’ont donné mes premières opportunités. J’avais également un blog. Par la force des choses, je me suis professionnalisée et j’ai commencé à présenter des émissions télé en lien avec le jeu vidéo. J’ai de la chance, car ce milieu m’a toujours beaucoup plu, et m’a offert de belles opportunités professionnelles.

“ L’inclusion et la représentation des minorités sont des tendances fortes dans les jeux vidéo ”

En tant qu’animatrice, vous voyez passer énormément de nouveaux jeux. Quelles sont les tendances du moment dans ce secteur ?

Il y en a vraiment beaucoup. Par exemple, cette année les Pégases proposent une nouvelle catégorie : « le prix de la Meilleure Accessibilité » qui récompense un jeu pour les efforts menés dès sa conception afin de le rendre accessible à tous. En ce moment, les studios fournissent un gros effort sur ce sujet. Par exemple, Microsoft a créé une manette spéciale plus inclusive L’industrie en train d’envoyer un message fort à toutes les personnes qui n’ont pas toujours un accès facilité au jeu vidéo du fait de leur handicap. Je trouve ça génial que ce divertissement puisse s’étendre à tous.
L’inclusion et la représentation des minorités sont aussi des tendances fortes. Il existe maintenant des personnages non genrés, de couleurs, des femmes héroïnes de jeux non sexualisée…

La troisième tendance que j’observe, c’est l’utilisation de jeux vidéo pour sensibiliser le public à de grandes causes. Par exemple, Minecraft permet de mettre en avant des initiatives écologiques. Récemment, Havas Sport & Entertainment a développé, pour l’Association Enfant Bleu, l’«Undercover Avatar ». Cet avatar d’oiseau bleu discute avec les joueurs pour détecter des victimes de maltraitance au sein du jeu Fortnite. Ces exemples démontrent que le média est en train d’évoluer. Cela va dans le sens de l’anoblissement de ce divertissement, qui passe dans les esprits d’un hobby pour geek à une véritable plateforme permettant à des grandes causes de faire passer leur message intelligemment.

Vous avez un jeu coup de cœur à nous partager ?

Je dirais Soldats inconnus : Mémoires de la Grande Guerre. Ce n’est pas récent, mais ce jeu d’Ubisoft permet d’incarner des protagonistes de la Première guerre mondiale. Très intelligent, bien fait, il est à la fois éducatif sans être barbant. Sinon, je pense à une autre pépite made in France multirécompensée : A Plage Tale , du studio bordelais Asobo. Le 2e opus, Requiem, doit sortir cette année. On retrouve dans ce jeu des musiques de compositeurs et des arrangements orchestraux français. Ça fait plaisir de voir des studios hexagonaux talentueux sortir des jeux d’envergures proposant des expériences totalement différentes de ce qu’on voit habituellement sur le marché.

Pour revenir sur les Pégases 2022, doit-on s’attendre à des surprises pour cette cérémonie ?

Plein. On a la chance en France, en plus d’avoir des créateurs de jeux vidéo talentueux, d’avoir des créateurs de contenu tout aussi talentueux. La programmation s’annonce donc très riche.
Nous avons fait appel à quelques personnes bien connues de la communauté des amateurs de jeux vidéo. Par exemple, Davy Mourier (ndlr : scénariste, dessinateur, coloriste, etc.) sera présent pour croquer en direct la cérémonie, et ses dessins s’afficheront sur le grand écran de la scène de La Cigale. Nous sommes aussi en train de préparer une surprise musicale. Et pour le reste, il faudra suivre l’événement en direct !

Et pour finir vous avez un pronostic à nous partager ?

Pas vraiment ! Mais en tant que Lyonnaise, je suis très fière de voir Arkane studios nommé avec Deathloop, un jeu qui s’est fait une place dans l’édition 2021 des Game Awards (ndlr : les “Oscars” des jeux vidéo], et salué par la presse à sa sortie

Articles similaires

All
  • All
  • Arts visuels & Art de vivre
  • Cinéma & Audiovisuel
  • Édition
  • Jeux vidéo
  • Mode & Création
  • Musique & Spectacle vivant
ZeDrimeTim a entamé la production de son premier jeu : Darwin’s Paradox

ZeDrimeTim : un nouveau studio à la frontière du cinéma d’animation et du jeu vidéo

Pierre Maheo, fondateur d' Officine Generale

Officine Générale multiplie les ouvertures de boutiques pour accélérer son développement

Mission Explore & Match

De Dubaï à Abu Dhabi : 7 minutes d’immersion au sein de la Mission Explore & Match French Touch

Fragonard

Fragonard : une affaire de famille depuis bientôt 100 ans

!
Terms and Conditions checkbox is required.
Something went wrong. Please check your entries and try again.
Faire défiler vers le haut